La tentation de la paresse

MGTOW ouvre des possibilités, c’est la promesse d’un meilleur contrôle sur sa propre vie. Malheureusement, il est facile de mal interpréter “suivre sa propre voie” pour trouver une forme d’approbation de sa nature paresseuse. Suivre sa propre voie n’est pas “faire ce qu’on veut” et encore moins “ne rien faire du tout”.

Comprendre ce que “suivre sa propre voie” veut dire

MGTOW avant d’être une suggestion d’indépendantisme est surtout une suggestion d’auto-préservation. Ne prenez pas de risques inutiles (être en couple avec une femme folle, fricoter avec une collègue au bureau, se marier en régime de séparation de biens…) et vous n’aurez pas à pâtir des conséquences pour le reste de votre vie. Avant de suivre sa propre voie, il faut pouvoir le faire et c’est précisément ce que la gestion du risque permet.

A ce titre, rappelons que le mariage et la création d’une famille est globalement un obstacle à la possibilité de “suivre sa voie”. A moins de prendre des dispositions juridiques pour minimiser les risques…

Suivre sa voie, mais pour faire quoi ?

MGTOW ne fixe pas d’objectif pour chaque homme, puisque chaque homme est différent. En revanche, chaque homme doit accorder du temps à ses passions et se consacrer à devenir meilleur.

Prenons l’exemple de Paul, marié et père de deux enfants. Dans sa jeunesse, Paul aurait voulu devenir musicien. Hélas, Paul ayant une responsabilité de père de famille, il a abandonné ses aspirations profondes pour consacrer l’essentiel de son temps à un travail alimentaire. Il ne s’y épanouit pas et n’a même pas assez de temps pour ses projets personnels. Dans son cas, MGTOW dit à Paul qu’il doit aussi chercher son épanouissement et peut-être renouer avec sa passion pour la musique.

MGTOW n’est pas une excuse mais une incitation…

Tout le problème du résumé lapidaire “MGTOW, c’est chacun fait ce qu’il veut” c’est qu’il ouvre la porte aux pires des dérives. Le paresseux y trouvera une excuse à sa paresse. L’immoral y trouvera une excuse à son immoralité. Le jouisseur, une excuse à sa débauche.

Avec ce genre de logique, il ne faut pas s’étonner que certains prétendent même que “ne rien faire est aussi un choix MGTOW”. A l’évidence, un MGTOW a des objectifs de vie et travaille activement à les remplir.

Ainsi, et c’est le message de cet article, suivre sa propre voie n’est pas une excuse pour justifier sa médiocrité. Au contraire, c’est une incitation à aller de l’avant et apprendre de nouvelles choses (comme maîtriser un art ou un sport). C’est aussi un moyen de rappeler aux hommes qu’ils ne doivent pas se laisser réduire à un rôle de pourvoyeur et tout sacrifier pour ce rôle.

En résumé, MGTOW pousse chacun à faire des choix et à les suivre plutôt que d’être passif. Ce serait un contre-sens complet que d’utiliser MGTOW comme une excuse pour ses propres faiblesses.

2 Replies to “La tentation de la paresse”

  1. Quand un homme prend conscience de tout le savoir “Red Pill” et se promet à lui même de ne pas tomber dans les pièges que lui tend la société féministe, il se retrouve soudain confronté à LA question existentielle : et maintenant, que faire de ma vie si je ne la consacre pas à une femme et un foyer ? Cette question se révèle plus dure que la prise de conscience Red Pill. A chacun de construire la vie qui a un sens pour lui même. Et il est malheureusement facile pour un homme récemment réveillé de tomber dans la déprime et le nihilisme, tant sa sensibilité au monde (le sens du beau et du laid) n’a pas été développé dans sa jeunesse.
    Pour aider à se construire, le livre de T.F. Monkey est un bon début :
    https://www.amazon.fr/13-Rules-Not-king-Cuck/dp/1079042733/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *