Rions un peu.

Une fois n’est pas coutume, attaquons-nous à du féminisme bas de gamme, très superficiel et pas vraiment représentatif du mouvement, qui n’a aucune influence parce qu’il est bien trop ridicule. Je suis tombé par hasard sur un sombre pdf définissant plusieurs termes franchement cocasses que je souhaiterais vous partager pour rire avec légèreté.

Andropoly (andropole) : L’équivalent d’un monopole, mais qui concerne spécifiquement les hommes.

Bro-mote-her (intraduisible) : Mot valise contenant ‘bro‘ (pote de sexe masculin), ‘promote‘ (promouvoir) et ‘her‘ (elle). Un homme qui promeut des femmes.

Bropropriation (intraduisible) : Mot valise composé de ‘bro‘ (pote de sexe masculin) et ‘appropriation‘. Quand un homme s’approprie la réussite d’une femme.

Errors of bromission (hommission) : ne pas soutenir activement des femmes dans l’obtention de postes à responsabilités ou toute autre promotion. (NDLR : Tant qu’à y être, je propose aussi ‘prhommotion‘, ne promouvoir que des hommes.)

He-ja vu (intraduisible) : Déformation de l’expression ‘déjà-vu‘ (l’impression de revivre un instant) incluant ‘he‘ (il) au début de l’expression. Quand un homme blanc responsable hiérarchique en remplace un autre, puis un autre, etc.

Himpediment (intraduisible) : Mot valise de ‘him‘ (lui) et ‘impediment‘ (obstacle). Un homme conservateur ou réac’.

Hystereotyping (hystéréotype) : Préjugé sur la sensibilité excessive des femmes.

Mantoring (hommentorat) : Un homme qui mentore uniquement d’autres hommes.

Selective mute-hism (intraduisible) : Mutisme sélectif, quand les hommes ne se soulèvent pas contre la misogynie de leurs collègues.

Sexarcerbing factors (facteur sexacerbant) : Facteur amplifiant les inégalités de sexe/genre (ethnie, orientation sexuelle, religion, etc.).

XX-tinction (XX-tinction) : À chaque fois qu’un comité ne comporte aucune femme.

Bon maintenant que nous avons bien ri, je crois qu’apprendre que ces termes proviennent d’un lexique officiel du BMJ (British Medical Journal, une des plus vieilles revues médicales et une des plus prestigieuses encore aujourd’hui) devrait vous achever. Quand on vous dit que ce féminisme ridicule n’est pas représentatif du féminisme, que ce n’est pas du vrai féminisme et qu’il n’a aucune influence, rappelez leur que si. Il y a seulement une ou deux générations de décalage entre l’instant où on trouve ce féminisme ridicule et celui où ce féminisme est institutionnel. Il suffit d’attendre encore une génération et ce féminisme sera déterminé comme étant le “vrai” féminisme, celui qui était réellement pertinent alors qu’il est tout aussi ridicule et abscons. Vous pouvez consulter le document en entier ici pour parfaire votre instant rigolade, consulter un document similaire du CDC et même consulter cet article de Lee Jussim parodiant ce lexique en suggérant une quarantaine de nouveaux termes. Je nourris encore l’espoir qu’il s’agisse simplement d’une expérience sociale du type de l’affaire Sokal ou des Grievances Studies.

3 Replies to “Rions un peu.”

  1. Bonjour

    Merci de ne pas publier ce commentaire car c’est une question

    Je souhaiterai faire supprimer un commentaire publié sur votre site
    Pouvez vous le faire?

      1. Visiblement votre commentaire a été publié automatiquement parce que j’y ai répondu. N’hésitez pas à me contacter par mail (osalnef@gmail.com) si besoin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *