Messagerie automatique de débat avec des féministes31



Il faut se focaliser sur les femmes parce qu’elles souffrent davantage, elles sont davantage opprimées et de toute façon l’aide envers les femmes (et donc la lutte pour l’égalité) profitera aussi aux hommes.


Historiquement, les femmes avaient moins de droits que les hommes et c’est encore vrai aujourd’hui.

Historiquement les hommes avaient moins de droits concernant le travail. Le Code du Travail était bien plus protecteur envers les femmes par exemple. Il s’agit juste d’une dualité protection/liberté. Les femmes avaient moins de droits relatifs à la liberté, mais plus de droits relatifs à la protection, et inversement pour les hommes. Or, seule une partie de cette situation a été conscientisée par le féminisme.

Concernant notre époque, quels droits les hommes ont que les femmes n’ont pas ? Tous les droits que les hommes ont, les femmes les ont aussi. En revanche, la réciproque n’est pas vraie (droit à l’intégrité physique et droits parentaux).

Aussi, que les femmes aient au total moins de droits que les hommes (admettons) n’implique pas que les hommes en aient assez. Les femmes pourraient très bien souffrir d’un manque de 2 droits en raison de leur sexe dans un domaine et les hommes souffrir du manque d’un droit dans un autre en raison de leur sexe. Faudrait-il nier ce manque de droit des hommes pour autant et rechigner à défendre aussi les hommes ? Nier ce manque de droit en raison de leur sexe, c’est cracher au visage des circonscrits qui ont été raflé pour la guerre en raison de leur sexe. Leur droit à la vie et au respect de leur intégrité physique et mentale n’a pas été respecté. Idem pour le travail à la mine ou de divers autres métiers à risques duquel les femmes ont été protégées, ainsi que de la durée de travail, ou du devoir d’entretien familial et marital. Les hommes sont et ont été opprimés en raison de leur sexe, le nier est sexiste et misandre. Hiérarchiser cette oppression est indécent, ce serait avoir le culot de dire à un poilu qu’il est moins opprimé que sa femme. La compétition victimaire n’a pas de sens et est indécente. Tout le monde est opprimé en raison de son sexe, pas seulement les femmes.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.