L’impact étourdissant du mur.

Dame Nature a accordé des privilèges particuliers aux femmes, mais l’énorme pouvoir qu’elles exercent sur les hommes inclus une date d’expiration précise. En fait, dans notre réalité post-féministe contemporaine, les femmes commencent à remarquer, horrifiées, qu’au fil des ans, elles ont tendance à perdre les privilèges qu’elles ont acquis grâce à leur anatomie. Des avantages et des privilèges qu’elles aiment à jeter au visage des hommes, considérés comme insignifiants et/ou pas assez bons et/ou pas assez attirants, les dénigrant et se moquant d’eux. Lorsque vous avez 35 ans, les avantages sont considérablement réduits et s’éteignent complètement lorsque vous atteignez les 40 ans. Ces femmes restent alors sur des étagères, comme ces produits dont personne ne veut plus, sauf peut-être ce type d’homme perpétuellement affamé qui a dû attendre toute une vie sur le banc de touche, et qui est maintenant prêt à jouer sur le terrain, en espérant pouvoir se jeter dans le jeu.

À ce moment-là, la panique s’installe. La femme se rend soudain compte qu’elle a gâché les dix années les plus importantes de sa vie (de 18 à 29 ans, pendant lesquels elle pouvait réellement représenter quelque chose de valable pour l’homme) et qu’elle est confrontée à l’effondrement imminent de sa valeur sur le marché sexuel. L’objectif stratégique devient alors de tenter de piéger un idiot au portefeuille gonflé, ou bien une pauvre belle âme complètement ignorante de la vraie nature des femmes, et donc en danger de ruine financière. Il faut dire cependant que les hommes commencent à montrer des signes de réveil, comme un lecteur du blog qui m’a envoyé son opinion personnelle sur une de ses connaissances en colère contre le monde entier, pour la simple raison que personne n’est prêt à la prendre en charge, maintenant qu’elle est obligée de compter sur elle-même :

« A 35 ans, il est trop tard, vraiment trop tard, pour trouver un homme décent. Peu importe que vous soyez aussi attirante que certaines bimbos que vous voyez dans les environs. Les hommes décents, et ceux de grande valeur, ne sont plus intéressés. Elle m’a confié qu’une dizaine d’hommes seraient intéressés par elle et que, probablement, certains sont même prêts à l’épouser si seulement elle acceptait. Mais elle n’a pas encore décidé quoi faire car ce genre de choix l’effraie maintenant ».

L’analyse évidente est qu’elle a manifestement peur d’être obligée de se rabattre sur un « prestataire Beta », qui pourrait lui offrir une vie confortable, mais sans l’excitation sexuelle que seuls les hommes Alphas qu’elle a fréquentés dans sa jeunesse étaient capables de lui donner. Vivre le fantasme d’une vie à la « Sex & The City » a cependant un coût. Au moment où une femme se réveille des hauts et des bas émotionnels provoquées par le manège à mâles, le temps passe maintenant très vite. Le fond du sablier est presque plein. Elle est dans la panique totale. Grain par grain, les avantages sont de plus en plus minces. C’est là qu’elle commence à se poser des questions, comme :

« Pourquoi les hommes ne me trouvent-ils pas aussi jolie qu’avant ? ».

« Aurai-je un jour des enfants ? ».

« Qui s’occupera de moi ? ».

« Qui va payer mes dettes ? ».

« Vais-je vivre dans la misère ? ».

« Vais-je mourir seule et entourée de mes chats ? ».

La fenêtre est toujours celle-là : 18 à 29 ans (maximum absolu). Dame Nature, et l’autre moitié de l’espèce humaine, à savoir l’homme, se moquent de ses opinions politiques, de ses objectifs de carrière ou de sa « soif d’aventure ». L’homme ne se soucie pas de l’argent qu’elle possède ou du travail qu’elle fait. Même si elle a une maison en ville et une autre à la plage. Il se soucie seulement qu’elle soit jeune, belle et pas en surpoids. L’homme n’accorde pas beaucoup d’importance au rang socio-économique de la femme. Seule l’apparence physique est importante, du moins dans un premier temps. Bien sûr, il y a toujours des chasseurs de fortune prêts à s’attaquer à une riche laissée-pour-compte, mais c’est toujours l’exception qui confirme la règle.

Vous devez comprendre que c’est tout ce qui compte : si elle ne vous a pas fait le cadeau des dix meilleures années de sa vie, pourquoi devriez-vous lui donner les deux tiers restants de la vôtre ?

Quand elle était jeune et fraîche dans la vingtaine, elle s’amusait beaucoup avec les différents tamarins qu’elle chassait sans relâche. Aujourd’hui, à la fin de la trentaine, elle cherche un arrangement, un point de repli, un espace confortable. Même les hommes qu’elle perçoit comme son deuxième, troisième ou même quatrième choix ont compris qu’être avec une vieille chaussure n’est pas le plus amusant. La situation est vouée à changer du tout au tout lorsqu’elle réalisera qu’elle ne peut plus nous traiter comme ouvertement comme des clowns, simplement parce qu’elle a une anatomie spécifique.

Sans hommes ni enfants pour s’occuper d’elles, les femmes se sont mises dans un sacré pétrin. Bien sûr, elles attendent maintenant de l’État qu’il s’occupe de leurs problèmes. Comme j’ai déjà eu l’occasion de l’écrire dans d’autres articles, les hommes devraient absolument refuser de financer l’épidémie imminente de « dames-chats » qui pourrait assommer les économies des pays occidentaux. Pourquoi les hommes, avec qui elles ne voulaient rien faire quand elles étaient très jeunes, devraient-ils travailler plus dur et plus longtemps juste pour financer par l’impôt la vie des femmes laissées pour compte ?

Les nœuds finissent tôt ou tard par se nouer. Asseyez-vous et profitez du spectacle. De préférence au bord de la piscine, en compagnie d’une belle jeune fille d’une vingtaine d’années.


Source : « L’Impatto Assordante del Muro » publié le 25 février 2021 sur MGTOW Italia. 

Illustration : Andrea Piacquadio.

Traduction : Les Trois Étendards. (https://lestroisetendards.com).

4 Replies to “L’impact étourdissant du mur.”

  1. Mouais. Mais non.
    Il n’y a pas que la séduction physique, il y a aussi tout le reste, qui est souvent bien plus important.
    C’est sur que sexuellement ou phantasmatiquement, le sein haut et la fesse dure a son charme. mais on ne peut pas réduire une femme uniquement à la somme de ses courbes. Ni ses envies en tant qu’homme à des critères purement physiques.

    En principe nous sommes (très) méfiants vis à vis de la gent féminine, et le crible par lequel nous les évaluons devrait être drastique.
    Mais quel que soit l’âge, il y a des filles séduisantes et tout à fait fréquentables. Et avec toutes les qualités qu’on pourrait apprécier. Toutes ne sont pas des sangsues haineuses.

    En tant que MGTOW, et contrairement aux féministes, nos évaluations devraient être frappées au coin de la raison et de l’expérience. C’est ce qui fait notre force et notre personnalité. Jeter le bébé avec l’eau du bain n’est pas la bonne attitude selon moi.

    PDO.

    1. Tout à fait d’accord, l’alternative réflective Megtow ne doit pas sombrer dans une régression identito-genrée. Nous avons des alliées à respecter.
      J’attends le schisme interne du mouvement permettant de ne pas reproduire une posture militante aussi excessive que celle de dénoncée.
      L’homme apaisée est l’avenir de la femme émancipée.

  2. L témoignage laissé me fait penser à ma mère, divorcée, 3 enfants. Lorsqu’elle a quitté mon père et s’est remise à chercher quelqu’un, elle se plaignait que 1) les hommes de 45 ans ne s’intéressent pas aux femmes du même âge divorcées avec 3 enfants à charge (je précise que c’est elle qui a empêché mon père d’obtenir la garde partagée) et 2) les hommes sur les sites de rencontre veulent forcément baiser avant de se mettre en couple (je cite “il faut forcément passer à la casserole et c’est terrible”). A l’époque je l’en plaignais, mais maintenant, avec le recul il n’en est plus question. Je me souviens qu’elle critiquait la nouvelle copine de mon père qui “ne l’aimait pas vraiment (après tout, comment pourrait-on l’aimer?) et ne sort avec lui que pour son fric”, cette nouvelle copine étant une veuve qui avait effectivement un peu de mal à assumer seule les finances avec ses 2 enfants.
    Bref, aberrant.

  3. Je serai un peu moins sévère avec l’article. Oui il grossit le trait au maximum, mais le but ici est de donner aux idées avancées un impact rapide et qu’elles soient faciles à appréhender.
    Si l’auteur avait essayé d’être exhaustif et de prendre en compte toutes les nuances du sujet abordé, il en aurait résulté un article long, pénible à lire, qui aurait gonflé pas mal de lecteurs et noyé le message (dans ce cas là un essai ou une étude sont plus appropriés).
    La concision du tout oblige à prendre du recul et rapporter l’opinion de l’auteur à sa propre expérience.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *